S'abonner à la revue
Retour
avril 2018

Les abrasifs appliqués

Productivité améliorée et pénibilité réduite

Comme celle de bien d’autres produits destinés aux professionnels de l’industrie et du bâtiment, l’évolution technique des abrasifs appliqués est en grande partie régie par un maître-mot, la productivité. Pour gagner en performance de coupe et en durée de vie, le grain céramique, devenu d’une utilisation courante dans les produits finis tournés vers un fort enlèvement de matière, témoigne d’une amélioration régulière. Une demande croissante dans les produits destinés à la finition des pièces, un type d’application où les exigences de nombreuses industries se renforcent, est une autre tendance forte d’un marché dont l’offre traduit aussi la prise en compte de la sécurité et de la santé des opérateurs.  

Globalement stable quant au volume des ventes qu’il suscite, le marché professionnel français des abrasifs appliqués, en grande partie aux mains de la distribution, semble faire l’objet d’une dichotomie de plus en plus marquée au bénéficie des segments positionnés aux deux extrémités de la gamme. 

Les abrasifs appliqués sont destinés à l’obtention d’un état de surface, grâce à une action mécanique. Mis en œuvre manuellement ou avec une machine (électroportative le plus souvent ou machine fixe d’atelier), voire un robot, ils peuvent être utilisés sur divers matériaux (métal et bois mais aussi plastiques, verre, composites…). De l’ébavurage ou l’arasage d’un cordon de soudure à la superfinition (le poli-miroir nécessitant toutefois le recours obligatoire à une roue en coton appliquant une pâte à polir) en passant par le ponçage et le polissage, les applications de ces abrasifs sont diverses.

La dénomination d’appliqués de cette famille d’abrasifs est issue de leur procédé de fabrication relevant à la fois de la physique et de la chimie. Il s’agit en effet d’associer et de stabiliser au sein d’un même produit trois composants principaux, des grains abrasifs appliqués sur un support à l’aide d’un liant (pour les produits professionnels, il s’agit le plus souvent d’une résine phénolique), les caractéristiques combinées de ces trois éléments conférant des qualités différentes aux abrasifs appliqués pour les destiner à diverses utilisations. 

Le savoir-faire du fabricant consiste essentiellement à trouver la meilleure combinaison possible entre les nombreux paramètres définissant le produit fini parmi lesquels la nature et la taille du grain abrasif de même que son mode de répartition, la ‘‘recette’’ du liant et celle d’éventuels adjuvants, la matière dont est fait le support et la forme de ce dernier. 

Appliqués et incorporés

Interrogés sur la manière dont est structurée cette famille de produits, certains fabricants évoquent les formes des supports (disques, feuilles, bandes…), lesquelles diffèrent selon leur mode de mise en œuvre (manuel ou mécanisé).  D’autres établissent des sous-familles en fonction de la matière du support et en mentionnent trois principaux, le papier, la toile et la fibre. D’autres encore établissent une distinction, au sein de la famille des abrasifs appliqués, entre les produits dits conventionnels et les micro-abrasifs. Ces derniers dont la taille des grains abrasifs est de l’ordre du micron nécessitent une certaine vitesse de coupe pour être mis en œuvre, laquelle ne peut être atteinte qu’avec une machine. Ils sont commercialisés sous deux formes, disque ou bande sans fin. 

Enfin, il arrive que les abrasifs non tissés soient mentionnés par certains acteurs du marché. Assimilables aux abrasifs appliqués car, comme eux, ils peuvent être utilisés dans un cycle d’usinage allant de l’arasage à la super-finition, ils résultent toutefois d’un procédé de fabrication différent. Incorporés et non pas appliqués, les abrasifs non tissés sont fabriqués à partir de fibres en nylon tissées entre elles sur lesquelles on pulvérise une résine mélangée à des grains abrasifs (le trempage est une technique alternative à la pulvérisation). On obtient alors sorte de plaque dans laquelle pourront être découpés des produits finis aux formes similaires à celles des abrasifs appliqués. 

L’ensemble des abrasifs cités, les abrasifs appliqués dont les micro-abrasifs et les abrasifs non tissés (la technologie de ces derniers produits a été inventée par l’Américain 3M à la fin des années 1950, dans un premier temps, pour des utilisations grand public) sont utilisés majoritairement dans l’industrie. Leur utilisation est beaucoup moins répandue dans le secteur du bâtiment où ils concernent essentiellement le second œuvre. 

Au sujet des micro-abrasifs, parfois appelés micro-grains, on précisera qu’ils sont largement utilisés par des intégrateurs (par exemple dans les industries automobiles mais d’autres aussi où une très grande précision d’usinage est impérative) et, pour cette raison, largement commercialisés en direct.  

Grande diversité de produits

En sortie de fabrication, les abrasifs appliqués se présentent sous la forme de rouleaux de très grandes dimensions, les jumbos, qui feront ensuite l’objet d’un façonnage. Souvent réalisé dans des ateliers distincts de l’usine de fabrication, ce qui permet de répondre à la demande d’un marché local avec une meilleure réactivité, le façonnage consiste à donner aux abrasifs leurs formes finales qui diffèrent selon la matière et la forme de la pièce à usiner, le type d’usinage requis, la machine utilisée ou encore l’importance de la série à réaliser.

Contrairement aux abrasifs agglomérés dont les dimensions sont largement standardisées, celles des abrasifs appliqués sont extrêmement variables ce qui conduit à l’existence de marchés captifs pour les fabricants produisant à la fois les machines et les consommables. Parmi les formes les plus courantes, on citera les feuilles, coupes et rouleaux du côté des utilisations sans machine et les disques, roues et bandes sans fin pour les abrasifs adaptées à une machine. 

En fonction de l’intensité du travail à réaliser et d’autres critères dont l’accessibilité et la forme de la pièce à usiner, le support devra présenter le bon compromis entre flexibilité et rigidité, les plus rigides offrant une résistance à la déchirure adaptée aux applications intensives souvent requises dans l’industrie, les plus souples permettant quant à elles de mieux épouser les formes complexes d’une pièce. 

Trois supports principaux  

Se faisant l’écho des fabricants, on précisera que la qualité du travail ne dépend pas du seul abrasif, mais du binôme qu’il forme avec la machine sur laquelle il est monté, laquelle est en  adéquation avec la nature et la forme du support de l’abrasif. 

Le papier, l’une des principales matières utilisées dans la fabrication du support d’un abrasif appliqué, est la plus basique et la plus économique mais aussi la moins résistante.  Utilisé pour le travail du bois, des peintures et des vernis, le papier est décliné dans des grammages différents (plus le papier est lourd, mieux il résistera à la déchirure). Utilisable pour toutes les formes de supports, il peut faire l’objet de traitements limitant son encrassement (traitement au stéarate de zinc) ou le rendant imperméable (imprégnation de latex) pour le ponçage à l’eau. En ponçage manuel, on le retrouve fréquemment sous forme de feuilles et de rouleaux d’atelier. Lorsque l’abrasif est monté sur une machine (de faible puissance), les formes les plus fréquentes sont les patins et disques pour les ponceuses excentriques ou orbitales et les petites perceuses. Très utilisés, les disques à support papier auto-agrippants ou autocollants sont, de l’avis de plusieurs fabricants, en tête des ventes d’abrasifs appliqués sur le marché français.  

En coton, en poly-coton ou en fibre synthétique, la toile, plus résistante et plus souple que le papier, présente le grand intérêt de se décliner dans des degrés de souplesse variés (le grammage de la toile est indiqué par une lettre inscrite sur le produit fini), des plus rigides pour les enlèvements de matière importants aux plus souples, capables d’épouser toutes les formes de pièces et plutôt destinées au polissage, voire à la finition. La toile entre dans la composition de nombreux produits finis et notamment dans celles des bandes sans fin pour le travail des métaux, disponibles dans de très nombreuses dimensions. Les bandes de petite taille sont souvent utilisées sur les ponceuses excentriques ou orbitales pour l’usinage du bois et sur des limes électriques ou thermiques pour l’usinage du métal. Les machines fixes d’atelier s’équipent quant à elles de bandes larges et de bandes longues souvent utilisées pour le polissage de grands panneaux plats en bois ou en métal. Des bandes dites techniques aux dimensions adaptées à celles des backstand ou autres polisseuses de chants et planétaires sont utilisées dans l’industrie du métal, au sens large (fonderies, forges, turbines, carrosserie, robinetterie…). 

Obtenue à partir de plusieurs couches de papier vulcanisé, la fibre sert de support aux abrasifs appliqués les plus rigides et les plus résistants. Destinés à des applications intenses, ces abrasifs existant uniquement sous la forme de disques sont utilisés pour l’usinage du métal, voire de la pierre et du béton, généralement montés sur des meuleuses d’angles. 

Supports mixtes et film polyester 

La toile sert également de support à la matière abrasive des disques à lamelles, lesquelles présentent la particularité d’être elles-mêmes collées sur un plateau support en fibre de verre ou en plastique. D’une utilisation très courante pour les enlèvements de matière importants, l’ébauche et la semi-finition des pièces métalliques, les disques à lamelles constituent dans certaines applications une alternative intéressante aux meules d’ébarbage (ils provoquent moins de vibrations et sont d’une utilisation beaucoup plus confortable).  

Des supports mixtes résultant du collage d’une toile sur un papier de fort grammage existent également. Présentant une résistance similaire à celle des abrasifs sur toile, les abrasifs possédant un tel support, souvent des disques double-face, peuvent être soumis à des contraintes assez fortes et, lorsqu’ils sont perforés, sont bien adaptés au ponçage. 

Dans cet inventaire des supports, on citera encore, pour mémoire, les fibres nylon des abrasifs non tissés, et le film polyester, le plus récemment développé. Apparu sur le marché depuis une vingtaine d’années, en même temps que certains micro-abrasifs auxquels il sert de support, le film polyester permet la dépose de grains extrêmement fins par un procédé électrostatique. La planéité quasi-parfaite de ce support permet d’obtenir une couche abrasive très homogène favorisant l’obtention d’un excellent état de surface. Précisons que la toile peut également servir de support aux micro-grains. 

Des grains abrasifs synthétiques  

Après avoir évoqué les formes et les supports des abrasifs appliqués, il convient maintenant de dresser la liste des principaux grains abrasifs recouvrant les produits finis et dont la capacité d’abrasion dépend de divers paramètres dont la forme du grain, sa structure et sa dureté, sa durabilité, sa résistance à la chaleur et la manière dont il est disposé sur le support. Par ordre chronologique d’apparition sur le marché, il s’agit principalement du carbure de silicium, de l’oxyde d’aluminium (corindon), du zirconium (zircon) et de l’oxyde d’aluminium céramique désigné sur le marché sous la dénomination plus simple de céramique. 

Ces grains abrasifs synthétiques ont succédé aux abrasifs d’origine naturelle (émeri, silex,…) lesquels ont quasiment disparu des gammes professionnelles, le recours à certains d’entre eux comme le verre ou le liège existant encore dans des applications très spécifiques. 

L’oxyde d’aluminium, sans doute le plus fréquemment utilisé, est un abrasif résistant à la rupture, bien adapté à l’ébarbage des aciers, bronze et bois durs. Dans l’échelle de dureté, il est situé juste en dessous du carbure de silicium. Dur, tenace et s’encrassant peu, ce dernier abrasif donne un grain de forme plus allongée que le corindon et possède des arêtes plus friables se régénérant mieux durant le travail. Il est notamment bien adapté au ponçage des métaux non ferreux (dont l’inconel et le titane en usage dans les secteurs dynamiques comme l’aéronautique), plastiques et bois ligneux. 

Le zirconium (zircon) au fort pouvoir enlèvement possède une certaine capacité d’auto-affûtage, ce qui lui confère une longue durée de vie. Cet abrasif est adapté à l’ébarbage grossier de l’acier ainsi qu’aux tâches d’aplanissement, de nouveaux points d’abrasion se créant régulièrement durant son utilisation. Le  zircon étant par essence  un abrasif dédié à l’enlèvement de matière important, on ne le retrouve pas dans les abrasifs non tissés ainsi que les micro-abrasifs, à la faible granulométrie. 

Rupture technologique avec le grain céramique 

En matière de grains abrasifs, l’excellence pour l’enlèvement de matière tient à un grain permettant des coupes froides, auto-affûtant, offrant une très forte agressivité de coupe et possédant une très longue durée de vie. Les grains abrasifs successivement mis au point par les deux ténors du marché des abrasifs appliqués, 3M et Saint-Gobain Abrasifs, un duo qui se complète également de l’Allemand VSM (ils sont à notre connaissance les trois seuls fabricants à maîtriser intégralement la fabrication de leurs abrasifs, grain compris) ont témoigné d’améliorations régulières mais l’introduction sur le marché par le fabricant américain du grain céramique dans le courant des années 1990 a constitué une véritable rupture technologique. 

Se régénérant en permanence pour permettre un usinage d’une qualité constante du début à la fin de la vie du produit, le grain céramique, en réalité un oxyde d’aluminium chauffé devenant dur et friable, réunit les différentes qualités citées plus haut pour atteindre une performance jusqu’alors inégalée (à l’exception du diamant qui entre dans la composition de certains abrasifs appliqués mais que son prix cantonne à de rares applications). Au fil des années, de nouvelles versions de grain céramique sont venues renforcer encore les qualités de cet abrasif comme nous le verrons plus loin. 

Doté de qualités reconnues de tous les professionnels faisant de l’enlèvement de matière, le grain céramique a suscité des ventes qui n’ont cessé de se développer depuis son apparition sur le marché, notamment sous l’effet de volumes de production accrus qui en ont fait baisser  le prix avec le temps. Aujourd’hui, le recours au grain céramique s’est généralisé et il entre dans la composition de nombreux produits finis. Même s’ils reconnaissent cette progression régulière du grain céramique, plusieurs fabricants tiennent à préciser qu’il est loin d’être un abrasif universel (il n’a quasiment pas d’applications dans le bâtiment, par exemple) et que la forte agressivité de coupe qui le caractérise est totalement inadaptée à certaines applications. 

Granulométrie et distribution des grains 

Les grains abrasifs sont classés en tailles de particules normalisées selon la norme Fepa. La granulométrie des grains (leur grosseur) est ainsi traduite par un chiffre compris entre 16 et 3 000 (voire plus, certains fabricants évoquant des grains de micro-abrasifs de granulométrie 5 000), la taille du grain étant d’autant plus fine que le chiffre est élevé. Selon la norme Fepa, ce chiffre doit être précédé de la lettre P. Concernant les abrasifs non tissés, les indications quant à la taille des grains sont moins strictes, les grains étant répartis en 5 à 6 grandes catégories (grains gros à grains ultrafins). Cette classification s’avère néanmoins suffisante, le grain d’un abrasif non tissé n’étant pas en contact direct avec la surface à travailler comme c’est le cas pour un abrasif appliqué. 

Au même titre que la nature de son support ou celle de son grain, la taille de ce dernier est un critère majeur dans le choix d’un abrasif appliqué en fonction de l’état de surface recherché. Les quelques indications suivantes concernant la fourchette courante des granulométries, de P 16 à P 1000, donneront un aperçu de l’adéquation entre granulométries types d’applications. Ainsi, l’arasage est concentré sur les granulométries 36 à 40, l’ébavurage et le nettoyage concernant essentiellement le grains 60 à 80. Au-delà, et jusqu’au grain 400, on est dans le domaine de la finition, la fourchette encore supérieure, entre 400 et 800, correspondant à l’entrée dans la superfinition. Les granulométries supérieures, à partir d’environ P 1000 s’appliquent aux grains des micro-abrasifs. De l’avis de plusieurs acteurs du marché, la majorité des ventes d’abrasifs porteraient sur la fourchette P 36 à P 400, avec une domination jusqu’à maintenant assez bien établie des grains P 60 et P 80, les granulométries immédiatement supérieures (donc des grains plus fins), P 120 à P 320 gagnant toutefois régulièrement du terrain. 

Outre sa nature et sa taille, l’efficacité d’un grain abrasif dépend également de sa distribution sur le support, laquelle peut être ouverte ou fermée. Dans le premier cas, une proportion de 30 à 60% du support est couverte par les grains. De larges interstices séparent alors ces derniers, une caractéristique intéressante pour réduire l’encrassement du produit (par exemple par des poussières de ponçage) provoquant une réduction de l’efficacité de la coupe et de la durée de vie de l’abrasif. Dans le cas d’une distribution fermée, le grain couvre totalement le support. Cette densité supérieure en grains induit un enlèvement de matière beaucoup plus rapide et un meilleur fini, le revers de la médaille pouvant tenir à un encrassement plus important de l’abrasif. 

Besoins croissants en finition 

Les pièces étant de mieux en mieux finies dès leur production, et par ailleurs de plus en plus souvent réalisées aux dimensions, les besoins professionnels en enlèvement de matière ont tendance à diminuer. En outre, les exigences dans une finition de haute qualité et un état de surface impeccable (mat, brillant ou satiné) se renforcent de la part d’industriels de certains secteurs, notamment ceux où l’esthétique des produits joue un rôle important (électroménager, mobilier urbain, carrosserie automobile …). Cette évolution conduit de manière fort logique vers une orientation du marché plus marquée vers le polissage et les granulométries fines qui permettront d’aplanir les surfaces plutôt que de corriger les défauts. 

Même s’ils ne sont pas les seuls à bénéficier de cette tendance qui profitent aussi à certains abrasifs appliqués conventionnels, les abrasifs non tissés suscitent des ventes en augmentation régulière depuis une dizaine d’années selon les indications de plusieurs acteurs du marché (aucun chiffre ne nous permet toutefois de la mesurer). 

Orientés de manière encore beaucoup plus marquée que les non tissés vers les opérations de finition et de super-finition, les micro-abrasifs tirent eux aussi profit de cette tendance. Munis de grains parfois fins comme de la poudre, l’enlèvement de matière qu’ils provoquent est extrêmement faible et leur action ne modifient quasiment pas la géométrie d’une pièce, à l’instar d’une brosse métallique. 

Pour évoquer la différence entre la finition et la superfinition, laquelle peut sembler un peu floue à certains, on précisera qu’elle tient à la rugosité état de surface, laquelle est de l’ordre du 1/10e de micron, voire du micron en finition, et inférieure au 1/100e de micron en super-finition, un état de surface recherché notamment dans le secteur de la mécanique (polissage d’un arbre à cames de moteur, par exemple).  

Toutefois, il ne faudrait pas déduire des lignes qui précèdent que la finition l’emporte sur l’enlèvement de métal, lequel reste très recherché des professionnels de l’industrie si l’on en juge par le niveau des ventes de disques fibre et de disques à lamelles, deux abrasifs conventionnels destinés à l’enlèvement de matière important qui figurent parmi les abrasifs appliqués les plus vendus sur le marché.

L’évolution technique perceptible sur les abrasifs appliqués reflète les efforts des fabricants désireux d’apporter des solutions à la recherche de gains de productivité, généralisée sur les marchés comme la France où la main d’œuvre n’est pas bon marché. 

Gagner en productivité et en sécurité  

Sans citer dans le détail l’ensemble des innovations technologiques qui servent cet objectif – la découverte de nombreux produits émaillant ce dossier, dont la plupart sont en cours de lancement, est à cet égard suffisamment éclairante – nous en dégagerons les axes majeurs après avoir rappelé l’importance essentielle de disposer d’abrasifs qui ne s’encrassent pas, ou peu (notamment grâce à la répartition du grain, au traitement du support ou encore à l’apport d’additifs dans le liant lors de la fabrication) pour avoir une bonne productivité.  

S’il s’agit de faire de l’enlèvement de matière, le pouvoir de coupe du grain joue un rôle majeur dans la vitesse de travail de l’opérateur et nous avons sur ce point déjà mentionné l’avancée majeure qu’a constituée la mise au point du grain céramique qui garde un pouvoir coupant élevé et constant tout au long de sa vie. L’évolution sur ce point a porté sur le développement dans la famille des appliqués conventionnels et des micro-abrasifs de grains calibrés de forme géométrique (et non pas de forme aléatoire dite patatoïde) dont le pouvoir de coupe et la longévité sont encore améliorés. 3M vient de lancer la seconde génération du grain céramique profilé qu’il mettait sur le marché il y a moins de dix ans et Saint-Gobain vient d’ajouter un tel grain à son offre.  VSM, pour tendre vers le même objectif, vient de développer pour l’usinage des aciers un abrasif fabriqué selon un processus spécifique qui permet, en une seule étape, de réaliser enlèvement de matière et état de surface. 

L’indication de la granulométrie de certains de ces abrasifs récents traduit leur performance. Une indication de 36+, pour prendre cet exemple, désigne une granulométrie dont le pouvoir de coupe correspond à celui d’un grain plus gros tel un P 24, mais qui présente une performance quant au fini comparable à celle d’un grain P 50 ou P 60. 

Dans la famille des non tissés, l’évolution reflète une même recherche de gain de productivité et les dernières générations de ces abrasifs permettent de réduire les passes, ce qui génère bien évidemment un appréciable gain de temps. Certes, le produit est d’un coût plus élevé, mais au final, l’économie est bien réelle, une affirmation qui vaut d’ailleurs pour l’ensemble des abrasifs appliqués haut de gamme. 

L’évolution technique des abrasifs traduit, outre un souci de productivité améliorée, une préoccupation dans la santé et l’environnement de travail de l’opérateur. Le pouvoir de coupe s’améliorant, la pression requise sur l’abrasif de la part de l’opérateur est diminuée ce qui entraîne une moindre fatigue et une réduction des risques de TMS. Le recours aux abrasifs appliqués plutôt qu’aux agglomérés dans certaines applications supprime du même coup le bruit et les éventuelles étincelles et fumées inhérents à l’utilisation des meules d’ébarbage, contribuant ainsi à réduire la pénibilité du travail de l’opérateur et à assainir son environnement de travail. 

Mini-abrasifs et systèmes complets 

Dans le domaine d’une performance et d’une productivité améliorées, d’autres tendances encore méritent d’être citées dont deux nous semblent intéressantes à relever. 

L’une concerne la conception d’outils abrasifs (appliqués et non tissés) de dimensions réduites (disques de 25 mm pour citer un exemple) équipés de systèmes de changement rapide qui permettent de travailler des surfaces de dimensions réduites et/ou de formes complexes facilement et rapidement via des outils électriques ou pneumatiques à forte vitesse de rotation (12 000 à 20 000 tr/min). Saint-Gobain Abrasifs qui développe une telle gamme d’abrasifs mentionne les ventes en progression que suscitent ces produits. Des systèmes complets associant un type d’abrasif et une machine dédiée se font également plus présents sur le marché. Sur ce registre, il convient de citer le Finlandais Mirka, concepteur et fabricant de systèmes de ponçage incluant des abrasifs à maille réticulée disposés sur des supports variés. Inédits sur le marché au moment de leur lancement, certains d’entre eux ont depuis inspiré d’autres acteurs du marché des abrasifs. On précisera que les systèmes complets ne sont pas exclusivement tournés vers le ponçage comme le prouve, par exemple, le lancement par Tyrolit d’un système tout à fait novateur incluant des lamelles abrasives à grain diamant à découvrir en image dans ce dossier. 

Un marché professionnel d’environ 100 MΕ

De l’avis de l’ensemble des acteurs du marché des abrasifs appliqués, celui-ci ne connaîtrait qu’une assez faible croissance depuis plusieurs années et l’augmentation de sa valeur estimée de 2 à 3% pourrait être imputable en grande partie à la hausse des prix. Et puisque l’on évoque les prix de produits, on ouvre ici une parenthèse pour faire état de la crainte qu’ont certains fournisseurs dans la survenue d’éventuelles difficultés de sourcing en grains abrasifs de nature à faire monter les prix, consécutives à la fermeture de nombreuses usines chinoises ordonnée par les autorités du pays pour non-conformité aux normes environnementales. 

Les différentes estimations du marché qui nous ont été transmises se recoupent et permettent d’avancer une estimation de CA global de ce marché de l’ordre de 150 Mε toutes ventes confondues et abrasifs non tissés inclus, dont une centaine de millions serait imputable au marché professionnel. 

Toujours selon les propos des fournisseurs, les ventes réalisées sur le marché professionnel seraient réalisées pour les trois quarts à travers le canal des enseignes de la distribution, avec une proportion croissante de produits vendus sous des marques de distributeurs. 

Les commentaires des fournisseurs sur l’évolution du marché des abrasifs appliqués concernent notamment l’émergence de la robotisation dans l’industrie et le développement des ventes d’abrasifs de provenances diverses par des pure players de la vente en ligne. Selon plusieurs d’entre eux, internet pourrait à terme modifier la physionomie du marché, lequel  pourrait se retrouver quasiment scindée en deux avec, d’un côté, le segment des produits à bas coût avec des ventes majoritairement réalisées sur les sites de vente en ligne et, de l’autre, celui des abrasifs techniques dont la vente nécessite conseil et proximité des utilisateurs. 

Quoi qu’il en soit, l’ensemble de nos interlocuteurs tiennent des propos qui traduisent une confiance certaine dans le devenir du marché français des abrasifs appliqués qui possèderait encore selon eux un certain potentiel de développement. D’ailleurs, tous mentionnent une hausse des ventes perceptible depuis quelques mois.     

Dominique Totin 

Forte domination des deux co-leaders du marché

Le marché français des abrasifs appliqués est fortement dominé par deux fabricants, l’Américain 3M, un leader technologique inventeur de l’abrasif non tissé et introducteur du grain céramique sur le marché, et le français Saint-Gobain Abrasifs, lequel commercialise sous ses marques Norton et Flexovit des gammes qui, au-delà des abrasifs qui font l’objet de cet article (4 500 références d’abrasifs appliqués en stock, dont 3 000 pour Norton), représentent sans doute l'offre la plus large de produits tournés vers l’usinage du métal, produits fabriqués dans ses propres usines, notamment en Europe (les abrasifs appliqués destinés à l’approvisionnement du marché français étant essentiellement produits dans l’usine francilienne du groupe de Conflans Sainte Honorine).   

Derrière ces deux ténors, le marché est plus atomisé et met en lice de nombreux fabricants (majoritairement des marques allemandes) qui, pour tous ceux qui seront cités dans les lignes qui suivent, fabriquent leurs produits dans leurs usines allemandes et/ou européennes et possèdent une filiale en France ainsi que des ateliers de façonnage. 

On en débutera l’énumération par VSM, spécialiste des abrasifs appliqués avec un historique de 150 ans qui fabrique ses abrasifs, grain compris, dans sa propre usine près de Hanovre. Relèvent également de cette catégorie Klingspor, qui propose une offre complète en abrasifs appliqués et non tissés (produits en stock du grain P 16 à P 1500), Rhodius, un fabricant plus tourné vers les agglomérés qui propose néanmoins une offre assez étoffée de disques à lamelles mais aussi Hermès, Pferd, Wendt, Lukas Erzett ou encore Dronco, ce dernier ayant été récemment repris par Osborn. 

D’autres fabricants européens figurent parmi les marques bien implantées auprès de la distribution professionnelle comme c’est le cas du Suisse SIA, appartenant depuis quelques années au groupe Bosch, de l’Autrichien Tyrolit et du Finlandais Mirka. Positionné sur l’ensemble des segments la préparation, de la finition et de la super-finition, ce dernier possède plusieurs usines finlandaises dont l’une est dédiée à la fabrication de ses solutions globales de ponçage, réputées à travers le monde. 

Il convient également de citer les Italiens SAIT Abrasivi, tourné surtout vers les abrasifs appliqués et agglomérés et qui possède une filiale française depuis 1955, Molemab implantée en France depuis plus de 20 ans (depuis 2013 sous le nom de MabTools) avec une usine stéphanoise (centre d’excellence du groupe pour la fabrication des abrasifs agglomérés), le français SEA qui produit son offre dans ses usines françaises. Au-delà des frontières de l’Europe, on peut mentionner le turc Karbosan. Cette liste des acteurs présents sur le marché de la distribution française ne prétend pas à l’exhaustivité et ne considère que les seuls fabricants, ce qui donne une idée de la forte atomisation de ce marché.  

 

Klingspor
Abrasif spécial ponçage 

Klingspor fabrique et commercialise sous la référence AN400 un abrasif à grains corindon pour peinture, vernis, mastic, plâtre, matières composites, bois et autre gel-coats. Possédant une structure réticulaire ouverte, il permet une aspiration efficace des poussières qui allonge sa durée de vie et assainit l’environnement du poste de travail. Il existe en 14 granulométries de 80 à 800 (en stock jusqu’au grain P 400) et se décline sous forme de disques (diamètres 125, 150 et 225 mm) ou de coupes (133 x 80 mm).  

 

Saint-Gobain Abrasifs/Norton
Roues à lamelles Quantum

Norton a récemment développé de nombreuses spécialités Hautes Performances. Ainsi, la gamme de roues à lamelles sur tige s’étend avec l’introduction sur le marché de roues à grains céramique Norton Quantum. Conçues pour apporter un débit constant et un fini régulier, tout en épousant la forme et les contours des pièces, les roues à lamelles Norton Quantum conviennent à l’acier inoxydable, les inconels, le cobalt-chrome, le titane et les matériaux extrêmement durs. Elles sont montées sur des tiges de 6 mm en acier qui traversent la roue pour un excellent équilibrage et une réduction des vibrations diminuant la fatigue à l’utilisation. Le traitement anti-échauffement permet une coupe à basse température et une durée de vie accrue de l’abrasif. Elles sont disponibles sur stock des grains 40 à 120.

 

Dronco Osborn     
Disque à lamelles J-AK

Le disque à lamelles J-AK de Dronco, une marque d’Osborn, au support en plastique avec renfort en fibre de verre est destiné au traitement de l’acier au chrome et au chrome nickel, de l’inox, des aciers hautement alliés, des alliages de titane, du laiton et du bronze. Ce disque plat de filetage M 14 à montage rapide refroidi par air grâce aux fentes de son plateau possède un grain céramique (P 40, P 60 ou P 80) auto-affûtant au fort pouvoir d’abrasion et à la longue durée de vie. Il est disponible en diamètre 115 mm ou 125 mm et tourne à une vitesse de rotation maximum respective de 13 280 tr/min ou 12 200 tr/min. 

 

Saint-Gobain Abrasifs/Flexovit     
Disque à lamelles Mega-Line

Le disque à lamelles rose Mega-Line de Flexovit est composé de lamelles en toile polycoton et de grains céramique. Extrêmement puissant, il permet en enlèvement de matière important et possède une durée de vie allongée grâce à une plus grande densité de lamelles. Son traitement anti-échauffement lui permet de réaliser une coupe qui ne génère pas de chaleur pour un fini sans brûlure du matériau.

Le disque à lamelles Mega-Line est particulièrement recommandé pour l’ébarbage rapide de l’acier inoxydable et des métaux durs, même à pression moyenne. Il est disponible sur stock des grains 40 à 120, en support fibre plat ou bombé.

Lukas Erzett
V4 Purple Power 

Conçu pour un usage industriel et une utilisation sur une machine puissante ou un robot, le V4 Purple Power est un disque de diamètre 125 mm à lamelles abrasives (découpées au laser) avec grain céramique granulométrie 36 sur support toile. Ce disque équipé d’un plateau en tôle d’acier recyclable résiste à des vitesses de rotation, des couples, des forces d’application et des températures élevées. Il atteint des performances d’enlèvement de la matière données comme inégalées par son fabricant. A titre d’exemple, un seul disque utilisé avec un robot peut enlever les copeaux de 20 kg d’acier de construction. Comparé aux outils traditionnels, le V4 Purple Power accroît les performances d’enlèvement jusqu’à 250% pour une durée de vie de 3,5 heures de fonctionnement. 

Rhodius 
Disque à lamelles LSK FK

Le disque LSK FK de Rhodius possède un grain céramique à forte capacité d’enlèvement de matière. La combinaison des lamelles à débord de 10 mm et un support stable confèrent par ailleurs à ce disque une durée de vie très importante et favorise un usinage efficace des cordons de soudure. Commercialisé avec un rapport qualité/prix attractif, ce disque sans fer ni soufre à profil incliné, adapté à un large éventail de qualités d’aciers et à l’aluminium, est disponible en diamètres 115 et 125 mm et dans granulométries 40, 60 et 80. 

 

3M
Nouveaux disques Cubitron II

Les nouveaux disques fibre 3M™ 782C et 787C sont des disques haute performance contenant des grains céramique profilés calibrés. Ils peuvent être utilisés pour une variété d’utilisations comme l’ébavurage, le chanfreinage, l’arasage de cordons de soudures et l’homogénéisation de surface. Le disque 3M 782C (de couleur marron) est idéal sur les aciers doux (aciers au carbone) et le disque 3M 787C (de couleur orange) qui bénéficie d’un traitement anti échauffement, sur l’acier inoxydable. Ces deux disques possèdent un support semi rigide facilitant une meilleure régénération des grains d’abrasifs au cours de leur utilisation. Cette nouvelle génération de disques fibre 3M procure une réduction notable des coûts de consommable et un gain très important de productivité (réduction du temps travail sur une pièce et augmentation du nombre de pièces par disque). Rappelons que la technologie Cubitron II dont ils relèvent et dont la première génération d’abrasifs était lancée il y a une dizaine d’années, est devenue une référence dans le monde des abrasifs en termes de vitesse, de travail et de durée de vie. 

 

Pferd
Disque à lamelles Power Steelox

Intégré à la gamme Polifan, le disque à lamelles Z SG Power Stellox, à grain corindon zirconien Z, se caractérise par une haute performance dans l’enlèvement de l’acier et de l’inox et une longue durée de vie. Ce disque à lamelles conventionnel, donné par le fabricant comme le meilleur de sa catégorie pour l’acier, est recommandé pour le travail des cordons de soudure, le chanfreinage, l’ébavurage et le meulage des surfaces en acier. Il est proposé dans les diamètres 115 à 180 mm (trois diamètres en version plate et quatre en version conique) dans les granulométries 40, 60, 80 et 120.  

 

Bosch
Gamme spéciale ponçage

Conçu pour un ponçage minimisant les poussières et assurant un environnement de travail propre, l’abrasif Bosch M480 Net à structure réticulée (mailles) à haut pouvoir d’aspiration possède un grain en oxyde d’aluminium. 

La marque assortit cette offre d’un plateau de ponçage multi-trous (extra-souple, souple ou dur) convenant aux principales marques du marché et qui augmentera encore les performances des disques (4 diamètres de 115 à 225 mm). Cet abrasif destiné au ponçage est décliné par Bosch dans diverses formes (disques, rouleaux, coupes et garnitures) et dans des granulométries P 80 à P 400.

 

SAIT Abrasivi
SAITdisc 7 II & 9 II 36+

SAIT Abrasivi lance une toute nouvelle génération de disques sur fibre à la céramique garantissant des enlèvements de matières importants, une très longue durée de vie et un grand confort d’utilisation. Cette nouvelle génération de disques à grains ‘’Ceramic 36+’’, nettement plus agressifs que les grains céramique 36 conventionnels norme FEPA, se décline en deux disques.  

Le SAITDisc 7 II 36+ est préconisé pour une utilisation sur les aciers et les métaux non ferreux, tandis que le SAITDisc 9 II 36+, grâce à son traitement spécial pour réduire l’échauffement et l’encrassement, a été spécialement développé pour une utilisation sur les inox. Ces nouveaux disques sont disponibles sur le marché français dans les diamètres 115, 125 et 180 mm. 

 

Leman
Disque de ponçage auto-agrippant 

Leman commercialiste auprès des distributeurs professionnels un disque auto-agrippant perforé sur support papier avec latex traité stéarate (anti-encrassement) de haute résistance.

Polyvalent et adaptable à la plupart des ponceuses orbitales du marché, ce disque à grain abrasif ouvert en corindon destiné au ponçage du bois, des peintures, laques et vernis et utilisable sur carrosserie est disponible en 125 et 150 mm de diamètre en versions 6, 8, 9 et 17 trous et dans des granulométries de 80 à 400. 

Tyrolit
Tyrolit Power

Tyrolit Power est un système destiné aux opérations de finition et de super finition sur les matériaux composites, carbone, fibre de verre, résine, gel-coat et aluminium. Il est composé de lamelles abrasives qui se montent sur un moyeu, pour une utilisation similaire à celle d’une roue à lamelles, et d’une machine pneumatique dédiée, spécifiquement développée pour Tyrolit par Atlas Copco. Les lamelles comportant un grain abrasif en diamant (six granulométries disponibles de 80 à 500) sur un support en filet très aéré sont facilement et rapidement remplaçables. Les fibres naturelles situées à leur dos rigidifient ces lamelles et favorisent l’évacuation des poussières de ponçage. Parmi les principaux secteurs d’activité ciblés par Tyrolit Power figurent entre autres le nautisme, le transport ferroviaire, l’aéronautique ou encore la fabrication de moules pour les composites. Les principaux atouts de ce système ne provoquant pas de vibrations tiennent à un gain de temps (4 à 5 fois plus rapide qu’un disque auto agrippant), une bonne homogénéité de l’état de surface, une réduction significative des efforts de travail sur la pièce et un moindre encrassement. Des versions destinées à équiper des robots peuvent être étudiées. 

 

Abrasifs Hermès
Support indéchirable

L’offre d’Abrasifs Hermès se complète d’une série de disques auto-agrippants sur un support film indéchirable qui renforce une gamme déjà existante sur support papier avec toutefois une amélioration de la recette abrasive par l’adjonction de céramique dans le corindon.

Cette ligne FC 164 LL est proposée dans les diamètres les plus standards 75, 125 et 150 mm mais également sur demande du diamètre 20 au diamètre 800 et du grain 80 au grain 2 000. Ces disques existent dans différentes versions de perçage, y compris le Multihole®, et sont donnés pour une durée de vie augmentée de 50% voire doublée dans certains cas. Ils peuvent notamment continuer à être utilisés lorsqu’ils rencontrent un obstacle qui endommagerait un support papier. Cette technologie pourra être adaptée aux abrasifs en bande dans un second temps.

 

VSM
Actirox®
 

Commercialisé sur le marché français par VSM Impavide, VSM  Actirox® est une gamme  d’abrasifs de nouvelle génération permettant un enlèvement de matière maximal grâce à un grain céramique de forme géométrique définie de manière à conserver une structure coupante tout au long du processus d’usure. Cette caractéristique permet une réduction des coûts d’exploitation et une augmentation de la productivité, la rapidité de la coupe permettant l’usinage de pièces plus nombreuses dans un laps de temps donné. 

Grâce à la densité optimale de son revêtement, la performance de ce nouvel abrasif est particulièrement remarquable avec les superalliages et les aciers inoxydables. Les couches actives additionnelles VSM Top Size favorisent quant à elles un polissage froid et allongent la durée de vie de cet abrasif proposé en disques fibre dans les diamètres 115, 125 et 180 mm et dans une granulométrie P 36.

 

Karbosan
disque à lamelles CEY51 Premium line ceramic  
 

Bénéficiant d'une nouvelle formulation qui offre un enlèvement de matière élevé et une grande longévité, le disque à lamelles CEY51 de Karbosan, à grains céramique ''CE'' sur support polycoton et couche spéciale Top Size anti-chaleur, convient pour toute utilisation sur les inox et aciers durs. Il est décliné dans les diamètres 100, 115, 125, 150 et 180 dans les grains 40, 60 et 80 dans les formes plate et convexe.

 

Wendt
TwinPower
 

TwinPower, un brevet de l’entreprise G-Wendt, est un disque abrasif innovant à revêtement abrasif double face avec grain zirconium (ZA). A la fois stable et très fin (3 mm d’épaisseur), il autorise des travaux de précision avec un meilleur contrôle grâce à ses perforations qui laissent voir la surface travaillée tout en laissant circuler l’air pour le refroidissement. Equipé d’un filetage M14 pour fixation directe sur une meuleuse d’angle (utilisation avec adaptateur et sans plateau support), il permet la réalisation d’un chanfrein parfait, ce qui jusqu’alors nécessitait l’utilisation d’une fraiseuse. En outre, ce disque d’une longue durée de vie peut en une seule opération réaliser un chanfreinage précis avec un faible angle d’attaque et un meulage sur deux faces dans les espaces restreints et en une seule opération. Monté sur une meuleuse d’angle, le disque TwinPower à grande profondeur d’immersion, facilite l’ébarbage et supprime les changements de disque, retournements de machine et autres positions de travail dangereuses.


Mirka     
Abranet Ace HD 

Abranet® Ace HD est un abrasif durable et résistant grâce à son grain céramique existant en quatre granulométries, P 40, P 60, P 80 et P 120. Sa solide structure en maille tissée polyamide résistante à l’usure et à la déchirure a été spécialement développée pour les travaux de ponçage intensif. Grâce à son grain céramique, Abranet Ace offre une performance de coupe supérieure sur de multiples surfaces pour le travail du bois ou le traitement des matières composites. Son support à maille tissée augmente sa durée de vie et accélère le processus de ponçage. La structure à maille ouverte, une technologie brevetée Mirka, associée à un extracteur de poussière, permet un ponçage sans poussière.

Cet abrasif est proposé sous forme de disques (∅ 125 et 150 mm), de coupe (81 x 133 mm) ou de rouleaux (70 x 10 mm et 115 x 10 mm). 

 

Mabtools France
Disque auto-agrippant

Mabtools propose un disque auto-agrippant à grain céramique et support papier latex très résistant permettant d’obtenir une finition excellente couplée à une capacité d’enlèvement élevée et une grande longévité.
Cet abrasif universel adapté au ponçage grossier, intermédiaire ou fin sur toutes les surfaces en métal, en plastique, vernis ou en bois convient particulièrement aux surfaces dures et difficiles à travailler. Il est décliné dans de nombreuses granulométries, de P 80 jusqu’à P 800.

 

Sidamo
Disque en maille polyester 

Sidamo propose un disque (diamètre 225 mm) adaptable à toutes les ponceuses à plafond fait d’une maille aspirante développée pour les travaux de ponçage, de lissage, et de finition sur l’enduit, le plâtre, la peinture et le bois tendre.

La maille polyester de ce disque de haute résistance est enrobée de résine et de grains corindon blanc supérieur sur un support papier au latex. Cet abrasif est doté d’une durée de vie multipliée grâce aux propriétés de sa maille et à une aspiration totale des poussières lorsque la ponceuse est connectée à un aspirateur à décolmatage automatique et prise synchronisée asservie, comme il en existe dans la gamme Sidamo.