Continuité d’activité des distributeurs professionnels de l’approvisionnement du second oeuvre du bâtiment et de l’industrie

Paris, le 30 mars 2020

Dès la parution de l’Arrêté du 14 mars 2020 complété, portant sur diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19, les distributeurs professionnels de l’approvisionnement du second oeuvre du Bâtiment et de l’Industrie (adhérents des Fédérations FDME, Fnas, FFQ, FND) se sont organisés et ont mis en oeuvre des moyens exceptionnels dans un laps de temps extrêmement court pour s’adapter aux nouvelles dispositions gouvernementales et offrir une continuité de service auprès de leurs clients professionnels afin de leur permettre d’effectuer leurs opérations de maintenance et leurs chantiers.

C’est ainsi qu’une grande majorité des distributeurs professionnels de matériel électrique, génie climatique, sanitaire-chauffage-climatisation-canalisation, produits de quincaillerie-fournitures industrielles et de finition a redimensionné son mode de fonctionnement, dit mode « dégradé », pour permettre à ses clients professionnels de collecter le matériel au travers de drives ou de livraisons dans le strict respect des règles sanitaires.

Les cosignataires de ce communiqué soulignent que l’activité du secteur reste cependant fragile car dépendante de l’évolution timide et incertaine de la reprise des chantiers, de la demande des particuliers (à ce titre, l’INSEE indique dans sa note parue le 26 mars 2020, un effondrement de la demande des ménages de l’ordre de 90%), et des donneurs d’ordres.

Contacts :

FDME - 17 rue de l’Amiral Hamelin 75116 Paris - www.fdme.net - Roland Mongin - roland.mongin@fdme.net

Fnas - 17 rue de l’Amiral Hamelin 75116 Paris - www.fnas.fr - Rachel Chermain - rchermain@fnas.fr

FFQ - 75 boulevard Haussmann 75008 Paris - www.federation-quincaillerie.fr - Marie-Christine Delarbre - mcdelarbre@ffq-france.org

FND - 42 avenue Marceau 75008 Paris - www.federation-decoration.fr - Dorothee Bruchet - dorothee.bruchet@fndeco.fr

S'abonner à la revue
Retour
juin 2019

Halder/Picard

Une nouvelle force de frappe en France

MGS France a la responsabilité exclusive pour l'Hexagone de la commercialisation des maillets Halder et des marteaux Picard. Ces deux fabricants allemands, qui font partie du groupe Halder, se caractérisent par la haute qualité de leurs produits et une expertise pointue de ces outils dont ils sont spécialistes, ce qui leur donne les moyens de répondre aux besoins de tous les professionnels. Offrant la gamme la plus large d'outils de frappe au monde, les deux marques renforcent ainsi les positions de MGS sur le marché français de l'outillage à main. 

German Hammer Competence », le savoir-faire allemand de la martellerie... Avec cette signature qui traduit bien toute son expertise des outils de frappe et l'excellence industrielle qui l'anime, le groupe allemand Halder affirme également sa nouvelle force sur le marché, suite à l'acquisition de Picard. Survenu en juillet 2017, ce rapprochement entre les deux entreprises familiales d'outre-Rhin peut se résumer aussi en l'alliance de deux spécialistes reconnus sur le plan mondial dans leur domaine, chacun ayant assis son développement sur le produit qui est à l'origine de sa création : les maillets pour Halder et les marteaux pour Picard. « Les gammes de Halder et Picard se complètent parfaitement et constituent la plus importante gamme d'outils de frappe au monde » se félicite Stefan Halder, 3e génération à la tête du groupe. Pour preuve, Halder est le premier fabricant européen de maillets, avec à son catalogue, 100 à 150 produits différents tandis que Picard propose plus de 700 types de marteaux, soit la gamme la plus importante d'Europe. En outre, ces outils se déclinent en différentes versions, notamment en termes de dimensions et tiennent compte des spécificités locales. « Le rachat de Picard n'a pas pour objectif de développer plus de maillets ou de marteaux car, dans les deux cas, nous avons déjà la plus grande gamme. Mais si nous sommes le leader européen du maillet, cet outil est néanmoins un produit de niche. Picard nous permet donc d'élargir notre marché et de gagner des parts de marché chez les revendeurs. » 

Au-delà de leur profil de spécialiste, les deux fabricants partagent la même exigence vis-à-vis de la qualité de leur production, une exigence sans compromis. « Il n'est pas question que l'on se dise que nos produits sont trop chers et que nous devrions aller les fabriquer en Asie ! Notre philosophie est de garder nos unités de production en Allemagne, en devenant de plus en plus efficaces dans tous nos process pour gagner en compétitivité tout en préservant la haute qualité de nos produits. » Halder dispose ainsi d'outils de production très automatisés, conçus en interne, une démarche également en cours de déploiement chez Picard, et d'une logistique tout autant de pointe. Les deux structures s'appuient aussi sur des opérateurs souvent experts dans leur métier. Au-delà, le groupe est en quête de tous les gains lui permettant d'accroître son excellence. Si, par exemple, le taux des réclamations client ne dépasse pas 1 pour 1 000, le fabricant travaille constamment à son amélioration à travers une vigilance qui concerne tous les services : production, logistique, expédition, transport, ventes... « Si nous faisons moins d'erreurs, derrière, le travail est moins important, quel que soit le service. Ce taux de réclamations ne cesse de baisser grâce aux investissements effectués ces dernières années. »

Quatre piliers pour Halder 

Quatre à six millions d'euros ont été effectivement investis ces dernières années dans la modernisation du site industriel de Halder, société qui a fêté l'an dernier ses 80 ans. La société Erwin Halder KG est née en 1938, de l'invention d'un ingénieur, grand-père de l'actuel dirigeant, qui a eu l'idée de concevoir le Simplex, un maillet aux embouts de différentes duretés et très facilement interchangeables, en fonction des besoins demandés : puissance, douceur, précision... 

Erwin Halder implante son entreprise à Achstetten-Bronnen, un petit village du Baden-Württemberg, dans le sud de l'Allemagne, à proximité alors d'une ligne de chemin de fer qui permettait d'acheminer facilement les produits vers Stuttgart, située à une centaine de kilomètres. Aujourd'hui, l'entreprise s'appuie sur 200 employés et réalise un chiffre d'affaires de 44 millions d'euros (sans tenir compte de Picard), en croissance de 10% en 2018. 

L'ensemble n'est évidemment pas représenté par les seuls maillets qui génèrent quelque 21% des ventes du groupe, soit un chiffre d'affaires d'environ 10 millions d'euros, lui aussi en essor. Après la seconde guerre mondiale, l'industrie allemande a besoin de pièces normalisées, qui lui font défaut. Forte de la notoriété du Simplex, Halder relève le défi, au point que de nombreuses pièces aujourd'hui normalisées DIN sont issues de ce qu'on appelait couramment, avant, la norme Halder. Ce savoir-faire permet au fabricant de développer trois autres secteurs d'activité : des éléments normalisés de haute précision entrant dans la composition des produits d'autres industriels, des systèmes de bridage de pièces à usiner ainsi que des produits pour l'industrie aéronautique (certification DIN ISO 9100:2016 et EASA PART 21 G). En France, une filiale est d'ailleurs en charge de la commercialisation de ces éléments normalisés directement auprès des industriels. « Les maillets bénéficient de l'organisation et de l'exigence des produits normalisés, tout en profitant également des ressources du groupe, au niveau marketing, services centraux, etc. » explique Volker Gernth, directeur des ventes outillage à main. Pour Stefan Halder, le maillet a bien sa place au cœur de l'organisation du groupe. « C'est le produit créé par mon grand-père. C'est pour moi un produit très affectif et indissociable de l'entreprise. »

Leader européen du maillet

Dans son usine d'Achstetten-Bronnen, Halder produit chaque année 500 000 maillets, commercialisés uniquement à travers des réseaux de revendeurs. L'entreprise s'appuie sur son savoir-faire de métallier et, pour les autres technologies requises, comme la fabrication des embouts de frappe ou des boîtiers alu, sur des sous-traitants locaux qui répondent aux exigences de son cahier des charges et sont contrôlés en permanence.

Pour Halder, l'utilisation de matériaux haut de gamme pour les embouts, les boîtiers et les manches est un atout essentiel de la qualité de ses maillets. En jouant sur les combinaisons entre les duretés des embouts de frappe, les caractéristiques des boîtiers et des manches, plus ou moins légers, souples ou...

Veuillez vous identifier pour consulter la totalité de l'article.

Vous avez perdu votre n° d'abonné. N'hésitez pas à nous contacter.

Vous n’avez pas de n° d'abonné ?
Abonnez-vous pour bénéficier de nos revues et l'accès à l'intégralité des articles !