Continuité d’activité des distributeurs professionnels de l’approvisionnement du second oeuvre du bâtiment et de l’industrie

Paris, le 30 mars 2020

Dès la parution de l’Arrêté du 14 mars 2020 complété, portant sur diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19, les distributeurs professionnels de l’approvisionnement du second oeuvre du Bâtiment et de l’Industrie (adhérents des Fédérations FDME, Fnas, FFQ, FND) se sont organisés et ont mis en oeuvre des moyens exceptionnels dans un laps de temps extrêmement court pour s’adapter aux nouvelles dispositions gouvernementales et offrir une continuité de service auprès de leurs clients professionnels afin de leur permettre d’effectuer leurs opérations de maintenance et leurs chantiers.

C’est ainsi qu’une grande majorité des distributeurs professionnels de matériel électrique, génie climatique, sanitaire-chauffage-climatisation-canalisation, produits de quincaillerie-fournitures industrielles et de finition a redimensionné son mode de fonctionnement, dit mode « dégradé », pour permettre à ses clients professionnels de collecter le matériel au travers de drives ou de livraisons dans le strict respect des règles sanitaires.

Les cosignataires de ce communiqué soulignent que l’activité du secteur reste cependant fragile car dépendante de l’évolution timide et incertaine de la reprise des chantiers, de la demande des particuliers (à ce titre, l’INSEE indique dans sa note parue le 26 mars 2020, un effondrement de la demande des ménages de l’ordre de 90%), et des donneurs d’ordres.

Contacts :

FDME - 17 rue de l’Amiral Hamelin 75116 Paris - www.fdme.net - Roland Mongin - roland.mongin@fdme.net

Fnas - 17 rue de l’Amiral Hamelin 75116 Paris - www.fnas.fr - Rachel Chermain - rchermain@fnas.fr

FFQ - 75 boulevard Haussmann 75008 Paris - www.federation-quincaillerie.fr - Marie-Christine Delarbre - mcdelarbre@ffq-france.org

FND - 42 avenue Marceau 75008 Paris - www.federation-decoration.fr - Dorothee Bruchet - dorothee.bruchet@fndeco.fr

S'abonner à la revue
Retour
mars 2020

Les rangements portables & mobiles

Facilitateurs de travail

Permettre aux opérateurs itinérants de gagner en productivité est l’un des objectifs majeurs visés par les concepteurs de rangements pour l’outillage. Parallèlement à la proposition de systèmes modulaires complets qui s’amplifie, les produits relevant de cette famille gagnent régulièrement en fonctionnalité, en facilité de transport et en légèreté, pour ne citer que quelques-uns des atouts principaux de ces produits de stockage, de rangement et de transport de l’outillage que certains considèrent comme le premier des outils pour les professionnels de la maintenance industrielle et du bâtiment.

Ce dossier traite des rangements portables et/ou mobiles. Avant d’aller plus avant dans les caractéristiques de cette famille très souvent désignée sur le marché sous le terme générique de rangements mobiles, on précisera un ou deux points permettant de mieux circonscrire le thème de ce dossier. Nous avons ainsi établi une distinction entre les rangements portables et les rangements mobiles. A notre sens, les seconds (à distinguer de certains rangements comme les servantes destinés à équiper l’atelier) s’appliquent à des systèmes transportables sur de courtes et moyennes distances grâce à des roulettes mais qui ne sont pas portés, à proprement parler, par l’utilisateur. Ceci n’empêche pas certains rangements portables (par des poignées, bandoulières et autres bretelles) de s’inscrire dans un système de rangements mobiles, ces derniers étant eux-mêmes parfois issus d’un concept d’aménagement intérieur du véhicule utilitaire, comme évoqué dans l’encadré dédié à ce thème. 

Une famille stratégique 

Aux diverses fonctions des rangements d’outillage portables et mobiles, sur lesquelles nous reviendrons tout au long de ce dossier, s’ajoute un rôle important relevé par la plupart des fournisseurs du marché, celui d’être un vecteur de l’image d’une entreprise, et souvent le premier perçu par l’extérieur. Ainsi, l’intérêt stratégique de cette famille, évident pour les marques d’outillage auxquelles sont personnalisés les rangements, s’étend aux artisans et entreprises utilisateurs des produits et concerne même jusqu’au distributeur qui a tout intérêt à mettre en valeur ces produits, souvent innovants et esthétiques. « En renforçant dans le point de vente la visibilité d’une marque d’outillage pour laquelle, soit dit en passant, les produits de rangement représentent souvent une clé d’entrée chez le distributeur, la mise en avant d’une gamme de rangements portables ou mobiles donne au revendeur l’occasion de communiquer sur l’ensemble de l’offre de la marque. Une attitude de nature à déclencher des achats portant, outre sur les rangements eux-mêmes, sur les outils avec lesquels ils sont parfois présentés, voire sur d’autres références de la marque présentes dans le magasin » remarque Maxime Cadoret, chef produits chez  Milwaukee. Une réflexion qui donne l’occasion de préciser que les marques d’outillage dominent très largement sur le marché du rangement comme vous pourrez le constater dans les présentations de produits comprises dans ce dossier, que ces marques sous-traitent la fabrication de produits conçus par leurs propres départements R&D ; commercialisent sous leurs couleurs des produits approvisionnés auprès de spécialistes des rangements, des packagings et des conditionnements ; ou encore conçoivent et fabriquent elles-mêmes tout ou partie de cette offre. Cette troisième configuration  n’est pas le cas le plus fréquent malgré des exceptions notables dont les marques Stanley, Facom et Dewalt. Membres de la même compagnie américaine, une partie de leurs rangements portables et mobiles commercialisés en Europe est fabriquée dans des usines dédiées du groupe, notamment localisées en Israël. 

De la tôle métallique au textile 

Au tournant du 21ème siècle, la tôle métallique utilisée pour la fabrication des boîtes à outils et le cuir des sacoches traditionnelles dans certains corps de métier du bâtiment ont été rejoints par d’autres matières premières comme l’aluminium (qui semble aujourd’hui surtout utilisé dans des structures destinés à l’aménagement du véhicule), puis par des matières plastiques – polypropylène en tête mais aussi ABS, PVC et autres composites – utilisées pour la fabrication de rangements mono ou bi-matières qui, dans ce dernier cas, cumulent les qualités de deux matières différentes. Il y a une dizaine d’années étaient lancés les produits en textile, matériau décliné lui aussi en divers types (essentiellement polyester, mais également nylon, polyéthylène…) et poids, ce dernier paramètre ayant un rapport étroit avec la robustesse du rangement. 

Même si leur design s’est modernisé, les boîtes et autres valises conservent des formes assez traditionnelles, le recours aux matières synthétiques permettant quant à lui de mieux répondre aux attentes fortes des utilisateurs, notamment en matière de légèreté. Les produits en tôle métallique sont néanmoins toujours présents sur le marché, « Pour répondre aux habitudes des plus anciens, mais aussi pour satisfaire la recherche de solutions économiques en matière de stockage des outils existant notamment dans le secteur de la construction ou pour l’équipement des établissements scolaires » relève Anton Ferrière, chef de produit chez Sam Outillage. Le cuir est lui aussi toujours utilisé, mais de manière relativement marginale, répondant à une recherche de produits haut de gamme (et chers), contrairement à la tôle. 

Pour dire un mot du prix des produits en fonction de la matière, les propos concordant de plusieurs fournisseurs permettent de faire l’énumération suivante, par ordre croissant de prix et pour des contenances de rangement similaires : plastique mono-matière, métal (il serait en moyenne deux fois plus cher que le plastique), plastique bi-matière et, en haut de l’échelle, le textile qui, en fonction de la sophistication du produit, pourrait atteindre jusqu’au double du prix du métal. Sur les matières toujours, on peut aussi relever, de la part de certains fournisseurs, une préoccupation dans le développement durable qui se traduit par le recours à des matières premières recyclables, voire recyclées comme c’est par exemple le cas de la gamme de coffrets modulaires L-Boxx sur laquelle nous reviendrons plus loin.  

Durée de vie allongée 

Telles que les résument les fournisseurs que nous avons interrogés pour la réalisation de ce dossier, les attentes des professionnels itinérants en matière de rangement de l’outillage portent sur la légèreté, sans doute en priorité, mais également sur la robustesse des produits, le confort de travail et la facilité de transport, ces deux dernières notions se rejoignant. Au fil des lancements de produits, on peut constater que la durée de vie des produits s’allonge grâce au recours à des matières alliant solidité et légèreté du côté des matières plastiques et on peut à cet égard mentionner que certaines références de la gamme fer de lance de l’offre en polypropylène du fabricant italien Plano sont commercialisées avec une garantie à vie, une proposition à notre connaissance unique sur le marché. L’épaisseur de ces plastiques, en augmentation et qui peut atteindre 4 millimètres, contribue à renforcer la résistance aux chocs et à la déformation des rangements, au même titre que la forme arrondie des angles des boîtes, mallettes et autres coffres, laquelle a aussi un rôle bénéfique sur la protection de l’utilisateur. 

La même évolution existe du côté des rangements textile, lesquels peuvent être fabriqués (pour l’ensemble du produit ou en certains endroits plus exposés à l’usure ou à la perforation)  avec des tissus dont l’épaisseur peut atteindre 1 680 deniers, comme le reflète une partie de l’offre de plusieurs marques dont Bahco, Mob ou encore Milwaukee. Utilisé notamment dans l’univers du bagage, le nombre de deniers indique le poids en grammes de la fibre du tissu pour une longueur de 9 mètres. Ainsi, un tissu de 1 680 deniers pèse 1 680 grammes pour la longueur de référence.  

Confort et facilité de transport 

La légèreté des rangements évitant à l’utilisateur d’avoir à porter de lourdes charges (susceptibles de provoquer notamment des TMS) contribue largement au confort d’utilisation des produits. Le concept de produits gigognes permettant d’extraire un rangement d’un autre, pour n’utiliser que le plus léger pour certaines interventions va dans ce sens et se développe. La possibilité de porter un sac sur son dos ou à l’épaule et de conserver ainsi les deux mains libres joue elle aussi en faveur d’un plus grand confort d’utilisation. 

Ce dernier atout semble très apprécié des utilisateurs si l’on en croit le boom des ventes de sacs à dos rapporté par différents fournisseurs. Les améliorations portant à la fois sur le confort de travail, la facilité de transport et l’optimisation du rangement (un aspect sur lequel nous reviendrons) dont a fait l’objet ce type de rangement rendent le sac en dos assez emblématique de l’évolution de la famille de produits dont il est question dans ce dossier. Outre des bretelles et un dos moussés, le sac à dos, parfois protégé d’éventuelles perforations provoquées par son contenu, se décline à l’instar d’autres rangements portables dans des versions équipées notamment de poignées ergonomiques (y compris les modèles télescopiques) et de roulettes tout terrain pour une grande facilité de transport. 

Pour renforcer encore ce dernier aspect et procurer un gain de temps appréciable à des utilisateurs toujours à la recherche d’une productivité accrue, les fabricants ont conçu des coffrets indépendants, positionnables les uns sur les autres pour stocker et transporter en roulant (via un trolley ou une plate-forme à roulettes) et donc, sans efforts, une quantité importante d’outils et d’accessoires. On aborde là la notion de rangements mobiles telle que nous l’avons définie au début de cet article. 

Protection renforcée 

Parmi les améliorations apportées aux rangements portables pour l’outillage figurent également l’étanchéité de produits classés IP qui concourt à protéger le contenu de ces derniers. Divers facteurs pouvant s’additionner sur un même produit en fonction de la catégorie dont il relève permettent d’assurer cette étanchéité. On peut citer le recours à des matières résistantes à l’eau et/ou à la poussière et/ou à la projection de certains liquides ; l’existence de bases étanches équipant des rangements qui peuvent également posséder des pieds qui les isolent du sol tout en assurant un meilleur maintien du produit lorsqu’il est posé à terre ou encore la présence de joints toriques. Modules en mousse et autres plaques de plastique thermoformé tapissant le fond d’un rangement ont eux aussi un rôle de protection des outils. 

La protection de l’utilisateur est également prise en compte par les fournisseurs à travers l’ergonomie et le design même du produit pour que la charge soit mieux répartie et les risques de blessures, écartés. L’environnement de travail (coffre d’un véhicule ou autre) est lui aussi protégé des bosses et rayures par la souplesse des matériaux et la forme des produits. 

Optimisation du rangement

Outre le rôle de protection qui vient d’être évoqué, les plaques de mousse tapissant un rangement ont aussi, lorsqu’elles sont prédécoupées à la forme des outils, une fonction d’optimisation du rangement qui, avec le stockage et le transport, est l’une des fonctions majeures d’un produit de rangement (comme la dénomination même de la famille concernée l’indique). De l’avis de plusieurs fournisseurs, l’agencement intérieur du contenant, qui conditionne largement l’optimisation du rangement, serait même la clé du segment de marché qui nous préoccupe. 

Selon les résultats d’une étude mentionnée par Sam Outillage, et dont la fiabilité peut être vérifiée sur le terrain, un opérateur passerait 5 à 10 minutes chaque heure à retrouver les outils dont il a besoin, soit autour d’une heure, voire plus, par journée de travail. Permettant d’en finir avec cette perte de temps, la quasi-totalité des rangements disponibles sur le marché, hormis les coffres, sont pourvus d’une multitude d’accessoires – éléments de compartimentages (fixes ou à placer selon les besoins) dont des panneaux-inserts, amovibles ou pas, poches de toutes tailles intérieures et extérieures, élastiques de retenue des...

Veuillez vous identifier pour consulter la totalité de l'article.

Vous avez perdu votre n° d'abonné. N'hésitez pas à nous contacter.

Vous n’avez pas de n° d'abonné ?
Abonnez-vous pour bénéficier de nos revues et l'accès à l'intégralité des articles !