S'abonner à la revue
Retour
décembre 2017

Visserie bois

La croissance se fixe sur la construction bois

Portée par la construction à ossature bois, l’isolation sous toiture et les aménagements extérieurs, la visserie bois connaît actuellement une belle croissance. Cette tendance, sur laquelle hésitent trop souvent les FI/quincailleries professionnelles à se positionner, creuse également un peu plus l’écart entre les produits standard, très bataillés et les solutions techniques où se concentrent les innovations.

La visserie bois représente l’un des postes les plus importants d’un distributeur. Mieux encore, cet univers dispose encore d’un réel potentiel de développement, à partir du moment où la FI/quincaillerie pro réussit à mettre en avant ses produits techniques auprès du professionnel, pour ne pas laisser toute liberté de manœuvre aux ténors de la vente à distance, fortement implantés sur le marché de la visserie, ou aux spécialistes qui travaillent en direct. 

La dynamique est déjà bien là puisque plusieurs fournisseurs, y compris parmi ceux qui sont présents sur ce marché depuis de nombreuses années, annoncent sur les premiers mois de 2017 des croissances à deux chiffres. Certes, matures, les vis à bois classiques, dévolues aux applications à faibles contraintes, sont fortement bataillées avec un poids fort des MDD et des produits d’import. Néanmoins, depuis une dizaine d’années, le marché de la construction à ossature bois est en pleine émergence et semble bel et bien s’affirmer. 

Des marchés porteurs

Si la quatrième enquête nationale Construction Bois, réalisée par Codifab et France Bois Forêt en juin 2017, note une baisse de 11% du chiffre d’affaires de la construction bois en France en 2016 par rapport à 2014, cette chute s’explique par le retrait des ventes sur la maison individuelle qui représente plus de la moitié de l’activité (- 34% sur 2016/2014). Il n’en demeure pas moins que le bois progresse en logement collectif, en extension-surélévation (+8%) ainsi que dans le non résidentiel, en témoigne une hausse de 10,7% en tertiaire et de 17% pour les bâtiments industriels et artisanaux. De nombreuses élévations d’habitation s’effectuent selon ce mode de construction et les premiers immeubles de plusieurs niveaux entièrement conçus en bois commencent à apparaître, à l’instar de ces tours d’habitations et de bureaux de 57 et 50 mètres de haut annoncées à Bordeaux. Cette évolution traduit un mouvement inéluctable en faveur d’un matériau dont les bénéfices sont reconnus sur l’environnement, incontournable pour permettre à la France de remplir ses engagements d’ici 2030 concernant notamment la réduction des gaz à effets de serre. 

Toujours selon l’étude Construction Bois, la construction bois représente aujourd’hui environ 3% du marché de la construction, ce qui nous laisse entrevoir un potentiel de millions de vis à mettre en œuvre pour l’assemblage des grosses sections puisque rien ne remplace ce mode de fixation pour un assemblage bois/bois. Et des solutions de vissage se développent pour autoriser un assemblage bois/métal, au détriment des boulons et systèmes d’agrafage. Sont apparues des vis bois dont la pointe peut forer les platines métalliques, des vis allongées qui permettent de percer directement le bois avant d’arriver dans la maçonnerie, des vis en mesure de remplacer les connecteurs de charpente, d’augmenter la reprise de charges de l’assemblage, de favoriser la réduction des sections de bois, de réduire le risque de fissuration du bois par rapport à un assemblage traditionnel, le tout sans pré-perçage ou encore des vis spécifiques pour les connecteurs de charpentes qui viennent en substitution des pointes habituellement utilisées pour la fixation des connecteurs métalliques dans la construction bois.

Dans cette mouvance, la méthode d’Isolation Thermique de la Toiture par l’Extérieur (ITTE), dite aussi isolation toiture en sarking, est en plein essor. De plus en plus souvent, pour préserver les combles d’un bâtiment et le gain d’espace, l’isolation est réalisée par l’extérieur, sous toiture, ce qui nécessite la fixation de l’isolant sur les chevrons... De même, l’isolation extérieure se développe avec les bardages mais n’exigent de vis bois que si le support mural est en bois. Si l’isolation se pose sur un support béton, c’est évidemment la fixation béton qui règne avec notamment les scellements chimiques.

La terrasse bois toujours bien en place

De son côté, l’aménagement extérieur confirme sa vitalité observée depuis plusieurs années, notamment pour la fixation des lames de terrasses, avec la nécessité de proposer des visseries pouvant être mises en œuvre dans des bois durs et en mesure de résister aux conditions climatiques voire, le cas échéant, aux environnements corrosifs (bords de mer...). Dans cet univers, les vis bois se doivent être en inox A2 ou A4, dès que l’environnement est salin, surtout lorsque leur fabricant se positionne sur le DTU 51-4. Ce dernier définit les conditions de mise en œuvre et les règles d’exécution des ouvrages et impose notamment de travailler à l’extérieur avec, au minimum des vis en inox A2. Par ailleurs, les vis spécial terrasses se distinguent souvent par leur tête réduite fraisée pour une meilleure esthétique, une empreinte torx qui autorise des serrages plus élevés, des ailettes de freinage sous la tête de la vis pour faciliter le vissage et par la même occasion bloquer la vis une fois en place et parfois un double filetage pour un meilleur blocage des lattes. 

Des dimensions de plus en plus imposantes

De façon globale, ces tendances favorisent évidemment les vis à bois les plus techniques, offrant des solutions à des contraintes importantes et répondent à des demandes spécifiques en termes de résistance mécanique (résistance à l’arrachement, à la flexion, au cisaillement...) qu’il s’agisse de structures avec charpentes bois, d’isolation sous toiture ou de terrasses. 

Cette évolution favorise également la mise en marché de vis de dimensions plus importantes, l’assemblage de grosses sections de pièces de bois exigeant par exemple des vis de 500 mm de long en diamètre de 10 ou 12 mm. Certains fabricants évoquent même l’arrivée de vis d’un mètre de long pour faire du renforcement mécanique dans le cadre d’une utilisation de lamellé-collé. Pour l’isolation sous toiture, où les épaisseurs dans certaines régions peuvent atteindre 300 mm, la visserie doit, elle aussi, arborer des longueurs de 500 mm. Ce phénomène est surtout observé pour les régions où la construction à ossature bois est en plein essor, comme Rhône-Alpes, l’Est de la France, voire le Sud-Ouest et où des températures basses exigent un isolant épais. 

De façon générale, dans les applications liées à la menuiserie, les vis adoptent souvent un diamètre de 3,5 jusqu’à 5 mm tandis que dans la charpente, les ventes se situent entre 6 et 12 mm. La vis classique se décline ainsi essentiellement dans des diamètres de 3 à 8 mm, avec un cœur de gamme sur les 6 et 8 mm, et dans des longueurs allant jusqu’à 180 mm. Pour les lames de terrasses, plus particulièrement, les diamètres se situent entre 4,5 au 5,5 mm pour des longueurs de 40 à 80 mm. 

Un marquage CE incontournable 

Si le marché des vis techniques concentre les innovations, avec en point d’orgue ces trois marchés, la traditionnelle vis agglo dédiée aux fixations courantes (agglomérés, menuiseries intérieures...), sur laquelle se porte l’essentiel des volumes, profite elle aussi de certaines évolutions techniques qui permettent à ces produits de se démarquer des traditionnelles vis standard fortement bataillées. L’objectif des fabricants est d’améliorer la vitesse de pénétration dans le bois, autrement dit la capacité de la vis à fraiser le bois sans l'abîmer et en suscitant le moins d’efforts possible, à améliorer les tenues à l’arrachement et la résistance au cisaillement. Néanmoins, si pour les charpentiers les apports en termes de rapidité de perçage, de capacité à visser droit et sans éclat sont primordiaux, les critères de gain de temps sont sans doute moins essentiels pour le menuisier avant tout en quête de précision. 

Si les vis techniques donnent l’opportunité aux fournisseurs de faire valoir leurs différences, le nombre d’intervenants positionnés sur ces solutions est en régulière croissance puisque les acteurs historiques du marché, comme les Allemands Spax et Heco-Schrauben, ont été rejoints ces dernières années par d’autres fabricants allemands comme Schmidt Schrauben ou italien comme Mustad, sans oublier d’autres spécialistes comme le Néerlandais Stafa ou l’Espagnol Index. Par ailleurs, des marques comme Fischer ont complété leur expertise historique dans la cheville et la fixation béton d’un nouveau savoir-faire dans la visserie bois. Sans oublier les gammistes tel Vissal qui proposent des solutions complètes sur le marché de la visserie bois pour couvrir un maximum d’applications. 

Concernant les normes, le marquage CE s’impose à la visserie bois, établi à partir la norme EN 14592 ou d’agréments techniques européens, jugés plus sévères que la norme. Certains fabricants, notamment les Allemands, dotent effectivement leurs produits d’ATE qui imposent notamment aux marques de fournir de l’information technique, des résistances à la charge ou encore des durées de vie supérieures. D’autres font le choix d’accompagner leurs gammes techniques de déclarations de performances (DOP) qui viennent conforter les produits dans le cadre de projets de structures. 

Des empreintes plus profondes

Pour faire évoluer la vis bois, les fabricants peuvent agir sur différentes caractéristiques, plus précisément l’empreinte, la forme de la tête, la pointe, le filetage sans oublier la matière dont elle est constituée.

Deux empreintes dominent sur la visserie bois, l’empreinte cruciforme Pozidriv® (PZ) et l’empreinte à étoile Torx® (T). Si la première est généralisée sur la visserie standard, pour du vissage manuel comme électrique, la seconde se développe de plus en plus et s’impose même sur toute la visserie dédiée à la construction bois pour ses performances en termes de puissance de vissage, là encore avec un tournevis ou une visseuse. L’empreinte Torx® présente, il est vrai, quelques atouts. Elle évite le phénomène de ripage, risquant d’abîmer l’empreinte, et limite la rupture des vis. Offrant une bonne tenue à l’embout, elle procure un couple de vissage élevé grâce à une bonne répartition de l’effort. Cela permet aussi de limiter l’usure des batteries des visseuses. Le fabricant du Torx® a récemment fait évoluer l’empreinte classique au profit de l’empreinte ttap®, dotée d’un système d’entraînement spécifique (un petit trou au fond de l’empreinte) qui permet d’aligner parfaitement l’embout dans l’axe de la vis, au profit d’une absence de jeu. L’opérateur peut ainsi travailler d’une seule main sans porte-embout magnétique. Cette empreinte s’utilise avec un embout spécifique fourni avec les vis mais est également compatible avec un embout universel, toutefois sans permettre les avantages promis par le système ttap®. Pour cette raison, certains fabricants préfèrent proposer des empreintes Torx® plus profondes de quelques millimètres, utilisables avec un embout classique. Plus l’embout peut descendre profondément et plus la transmission de couple sera importante, autorisant aussi une bonne prise et prévenant le risque de ripage. 

 Tête fraisée

Au-delà de l’empreinte, plusieurs types de tête existent sur le marché, la tête plate qui se dissimule bien dans les bois et agglomérés et la tête ronde, surtout utilisée pour la fixation d’une pièce métallique sur du bois : serrures, charnières, ferrures, etc. Par ailleurs, sous la tête des vis pour bois et aggloméré figurent parfois des crans. Dans les bois durs, ils permettent d’encastrer la tête en fin de vissage, sans fraisage (enlèvement de la matière) préalable, et donc un meilleur ancrage du filet dans le bois. 

La présence de poches de fraisage, également sous la tête, facilite le vissage dans le bois tout en évacuant les copeaux du trou et évitant, là encore, la nécessité de pré-percer et de fraiser, des qualités notamment appréciables dans les bois durs. En revanche, les têtes auto-fraisantes sont peu adaptées aux vis classiques, utilisées fréquemment sur des bois reconstitués dont les fixations risqueraient d’être fragilisées à cause d’un enlèvement de matière trop important. Souvent, ces vis présentent un cône renforcé, améliorant leur résistance à la rupture et permettant de ne pas éclater le bois en fin de serrage. Au niveau de la forme, la tête fraisée plate domine les ventes largement devant la tête fraisée bombée, ronde, dont l’usage est restreint, comme on l’a vu, aux assemblages avec pièces métalliques. 

Généralisation des pointes auto-fraisantes

A l’autre extrémité, la pointe est, quant à elle, quasi systématiquement fraisée, permettant un bon placement de la vis et favorisant une pénétration plus aisée dans le bois. Ainsi, les gammes techniques disposent toutes aujourd’hui de vis dont la pointe est dite auto-fraisante, chaque fabricant ayant la sienne propre. Grâce à la géométrie tranchante et pointue de la pointe, l’amorce dans le bois et plus facile et ne nécessite pas de préperçage.

Dès que la vis dépasse les 50 mm de long, la pointe auto-foreuse peut être munie d’entailles qui vont faciliter la coupe des fibres et réduire le risque de fendage du bois. 

Concentration sur le filetage

Le filet de la vis a fait également l’objet de nombreuses attentions cette dernière décennie. Le filet exerce effectivement une influence sur la résistance à l'arrachement d’une vis. Cette résistance dépend essentiellement du rapport entre le diamètre extérieur du filet et le diamètre de la tige de la vis. Plus ce rapport sera élevé, plus la résistance à l’arrachement est forte. Un filet large (pourvu d’un pas important) participe aussi à accroître la résistance à l’arrachement, le bois se refermant en quelque sorte sur lui. Globalement, le pas du filetage varie en fonction du diamètre et de la longueur de la vis. Il est donc la plupart du temps large sur les vis longues, de façon à réduire le temps de vissage, et réduit sur les petites vis pour assurer une fin de vissage précise. 

Traditionnellement, une vis pour le bois peut être totalement ou partiellement filetée. Dans le premier cas, elle convient pour la fixation d’éléments métalliques sur du bois et dans le second, à l’assemblage de pièces de bois, lequel nécessite, pour éviter l’écartement des deux pièces de bois, un niveau de pression difficile à atteindre avec un filet total. Préservant une partie lisse sous la tête d’un diamètre supérieur à celui du corps de la vis, le filetage partiel est plus en mesure d’éviter le risque de rupture que le filetage total. Ce dernier implique effectivement un diamètre réduit de l’ensemble de la tige vis, susceptible de provoquer la rupture de la vis en cas d’application d’un couple de serrage élevé. Néanmoins, en 2010, Heco Schrauben a lancé une vis à filetage total à effet de contraction, associant les avantages des deux types de filets. Cette nouvelle génération de vis, peu généralisée sur le marché, est dotée d’un pas variable, diminuant de la pointe à la tête, pour permettre la compression des pièces de bois en reprenant donc les caractéristiques qu’un filetage partiel. La vis gagne alors en polyvalence, permettant au professionnel de se contenter d’un seul outil de mise en œuvre et au distributeur de ne pas multiplier les références et les stocks.

D’autres types de filet ont également vu le jour : double filet à la pointe pour accrocher parfaitement le bois et sur le cœur de la vis de façon à assurer une pénétration régulière ou encore filet asymétrique doté d’un angle particulier, permettant là encore de pénétrer plus rapidement dans le bois avec le moins d’éclatements possibles. Pour faciliter la pénétration de la vis, notamment dans des bois durs, les filets peuvent également être crantés de manière irrégulière pour mieux arracher les fibres sans détruire le support, tout en diminuant l’effort de vissage. 

Revêtements de surface

La qualité de l’acier et celle du traitement thermique jouent de leur côté un rôle déterminant pour donner à la vis son élasticité et donc ses résistances mécaniques en termes de flexion et de résistance au cisaillement. Une vis à bois est effectivement mise en œuvre dans un matériau vivant, amené donc à bouger. Cette élasticité va également favoriser la pénétration de la vis dans les bois les plus durs, sans créer de micro-fissures préjudiciables à la longévité de la structure. Ce phénomène est important, notamment lors de l’utilisation de visseuses à chocs qui requièrent une grande élasticité de la tête de la vis. Selon nos interlocuteurs, la qualité du traitement thermique conditionne jusqu’à 70% de la qualité d’une vis, ce qui en fait souvent une vraie valeur différenciante par rapport aux produits d’importation low cost.

Le revêtement de surface permet de gagner en gain de temps et en productivité. De lui dépend la lubrification, sèche, qui va favoriser la vitesse de pénétration de la vis et la capacité à passer plus de couple en limitant le risque de casse. Plus le revêtement est épais (de l’ordre de 3 à 5 microns), plus la vis conserve ses caractéristiques même si le professionnel est amené à la retirer puis à la remettre.

Les principales évolutions proviennent des traitements anti-corrosion, avec la disparition annoncée du Chrome 6 depuis 2006, interdit par les réglementations européennes dans certains secteurs d’activité comme le jouet, l’électronique, les matériels électriques ou l’automobile, dont les composants peuvent se retrouver dans des casses à ciel ouvert au risque de polluer les sols. En revanche, les fabricants qui ne produisent pas en Europe ne sont pas concernés par cette réglementation, ce qui explique que dans le bâtiment de nombreuses vis bi-chromatées sont toujours largement en vigueur sur le marché. 

Cela dit, de nombreuses marques sont passées au zingué blanc ou conservent une double gamme, zingué blanc et bichromaté, sachant que ce dernier dispose tout de même de quelques atouts, à commencer par son coloris jaune, véritable référence dans le bois alors que le zingué blanc est plus associé à l’aluminium. Par ailleurs, le zingué blanc résiste moins bien que le bi-chromaté au test du brouillard salin (24 h contre 96 h), ce qui fait que ces vis ne sont pas recommandées en milieux extérieurs. Certains fabricants ont doté leur produit d’un traitement de surface spécifique de finition argentée qui permet d’améliorer jusqu’à 1 500 heures la résistance au brouillard salin. Néanmoins, pour toute fixation extérieure, rappelons que le DTU préconise le recours à l’inox, A2 qui présente une bonne résistance à la corrosion sous conditions atmosphériques normales et A4, dès que la construction se situe en environnement agressif comme le bord mer.

Se positionner sur les vis techniques

Le packaging fait lui aussi l’objet de l’attention des fournisseurs, et ce d’autant plus que la visserie est souvent disponible dans le libre-service. D’où la mise en place de conditionnements carton, blister, seau, sachet, etc. par 20 pièces, par 100 pièces, avec un embout à l’intérieur par exemple, ou de boîtages refermables avec bec verseur qui permettent aux marques de se différencier sur ce marché. Occasion aussi à travers la mise en place de présentoirs informatifs de bien valoriser les produits techniques en fonction des applications mais aussi des spécificités régionales. Reste que la distribution professionnelle généraliste demeure très centrée sur les vis agglo classiques, même si les fournisseurs soutiennent ses forces de vente à travers des actions de formation, lors de journées techniques et de tournées accompagnées. Par ailleurs, pour aider les utilisateurs, plusieurs marques adossent leurs produits techniques de logiciels de calcul, permettant de valider les assemblages et de calculer le nombre exact de vis en fonction du chantier.

Néanmoins, trop souvent encore, confronté à un charpentier, le vendeur préfère lui vendre une machine plutôt que de l’aiguiller sur des consommables pourtant à plus forte marge et source de trafic, se contentant donc de jouer un rôle de dépannage sans être force de proposition. En attendant, ceux qui sont bien là, sur le terrain, sont les vendeurs de Würth et Berner pour qui la visserie est l’un des chevaux de bataille...    

 AR

 

Vissal 
VissalBois ttap
®

Les nouvelle vis bois de Vissal disposent d’une empreinte Torx ttap® pour verrouiller parfaitement l’embout et ainsi assurer un maintien optimisé de l’ensemble. Par ailleurs, la géométrie du moletage permet d’améliorer le serrage des pièces. L’asymétrie du filet assure une meilleure résistance à l’arrachement et la pointe anti-fendage évite l’éclatement du bois. Cette gamme dispose de présentoirs spécifiques afin d’améliorer leur visibilité et le repérage dans le magasin et d’un boîtage pro, avec bec verseur et refermable.

 

Fischer
Vis Power Full

Disposant d’une Évaluation Technique Européenne ETA 12/0073, la gamme Power Full est dédiée à la construction à ossature bois. Dotées d’un filetage totale, ces vis garantissent une mise en œuvre rapide et efficace, avec des reprises de charges très élevées, leur géométrie spéciale permettant à la fois un assemblage invisible bois/bois ou plaque métallique/bois et le renforcement des structures (poutres entaillées, nœuds...), sans avoir recours à des connecteurs métalliques. En ce qui concerne l’Isolation Thermique de la Toiture par l’Extérieur (ITTE), elle permet d’éviter l’écrasement de l’isolant par la couverture soumise au vent ou encore la neige et donc d’empêcher la détérioration de l’isolation. Les charges agissant sur la couverture sont en effet transmises par le filetage de la vis et non sur l’isolant et le bon écartement entre la couverture et la charpente est maintenu par le double filetage de la vis, ce qui évite l’écrasement de l’isolant. La vis Power Full agit comme une vis de réglage : le filetage sous tête se positionnant et maintenant la contre latte, le filetage à la pointe réalisant l’ancrage dans le chevron.

 

Reisser
DNS®

Munies d’une empreinte Torx ttap®, les vis à panneaux DNS® de Reisser permettent un vissage rapide et sûr, avec seulement trois tailles d’embouts pour tous les diamètres (10, 20, 30). Ces vis disposent de pochettes de fraisage, favorisant une pénétration à fleur, ce qui permet la fixation d’accessoires métalliques. Sur le corps de la vis, le module de fraisage permet de réduire le couple de serrage et de diminuer la résistance à la tension dans le bois. La pointe SPI autorise un placement précis de la vis et réduit le risque d’éclatement du bois. 

 

Stafa 
Vis Multi+® 

La vis Multi+® ttap possède une empreinte exclusive torx® ttap®, qui évite tout risque d’éjection de l’embout de vissage et assure à la vis d’être parfaitement maintenue dans l’alignement de l’axe de vissage, au profit d’une plus grande durée de vie de l’embout.  Elle dispose également d’une pointe de découpe spéciale pour éviter les éclats, d’un filet moleté pour vissage simple et des nervures sous la tête qui garantissent une meilleure finition. Elle est disponible en diamètres 3, 3,5, 4, 4,5, 5 et 6 mm. 

 

GFD
Vis VBA spéciale terrasse

La vis VBA3 inox A2 de GFD est destinée aux aménagements extérieurs comme les terrasses ou les piscines en bois durs. Elle possède une empreinte Torx® qui assure une meilleure transmission du couple et une tête réduite qui garantit un parfait aspect visuel. Son moletage permet de réduire la transmission de la chaleur de la partie non filetée et supprime les risques de ruptures de tête. Son filet asymétrique lui procure une grande résistance à l’arrachement et la pointe auto-perceuse évite les opérations de pré-perçage tout en réduisant les problématiques de fendage. 

 

Heco Schrauben
Vis Heco-Topix

La vis Heco-Topix dispose d'une large tête ronde disponible dans un diamètre 6 mm en mesure de supporter des charges élevées que ce soit dans la fixation de lattes, de bois d'équarrissage, de poutres ou d'éléments de façade et d'escalier, sans oublier l'isolation de chevrons de toitures. 

Ce diamètre plus important la rend effectivement capable de transférer, grâce à l’élargissement de la surface de serrage de la tête, des charges jusqu'à 50% supérieures aux vis à tête fraisée de même diamètre. En même temps, elle réduit sensiblement le nombre de points de fixation nécessaires. 

Elle est proposée avec un filet total, qui garantit un vissage rapide et plus simple, la pointe nervurée réduisant l'effet de fissuration lors du vissage et évitant la nécessité de pré-perçage, ou avec un filet partiel muni de nervures de tige qui réduisent le couple de vissage et permettent un assemblage sans tension. 

 

Index Fixing Systems 
Elargissement de la gamme TEX 

La gamme TEX d’Index est composée de vis à bois multi-applications pour un vissage sans avant-trou fiable, rapide, précis et sans risque de fissuration du bois, même très proche du bord. Ces vis autonettoyantes pour garantir l’expulsion des restes de bois (grâce à un usinage spécifique entre tête et filet) sont dotées d’un filetage express à pas optimisé en fonction du diamètre et de la longueur de la vis pour garantir précision et rapidité de vissage, et d’un début de filetage dentelé qui réduit le couple de vissage nécessaire. 

La vis TEC-BT, à tête large, fait son apparition dans cette gamme certifiée selon la norme EN 14592. Il s’agit d’une vis bichromatée à empreinte TX destinée au vissage dans tous types de bois. Elle est disponible dans les diamètres de 6, 8 et 10 mm pour des longueurs entre 80 et 300 mm.

Spax
Vis universelle

La vis universelle de Spax dispose de l'empreinte T-Star plus, plus profonde que l'empreinte classique, pour une prise d'outil sûre, éviter tout effet de ripage et permettre une transmission des forces optimale. La multi-tête autorise une pénétration à fleur, fraise dans le bois et freine sur le métal sans l’endommager. Le profil ondulé jusqu'à la pointe permet un vissage rapide et sûr. Quant à la pointe 4Cut, elle favorise un vissage sans avant-trou, en fonction du bois, réduit l'épissurage, son extrémité carrée déplaçant les fibres. 

 

Schmid Schrauben Hainfeld    
Vis Rapid SuperSekFix 

Parfaitement adaptée à l’assemblage par ferrures, la vis Rapid SuperSekFix de Schmid Schrauben Hainfeld à filetage partiel possède une tête plate avec des nervures fraisantes en sous-face pour un noyage aisé. Son corps intègre un alésoir qui vient réduire l’effort de vissage et une pointe à effet de compression qui procure une pose rapide, une diminution du couple de vissage et une réduction de l’éclatement du bois sans pré-perçage. Disponible en standard dans les dimensions 60 x 80 mm à 10 x 400 m, cette vis Rapid SuperSekFix bénéficie du revêtement BlueWin 700+ (résistance de 700 heures en brouillard salin).

 

Mustad 
Vis Panelvit®Inox

La vis Panelvit®Inox est produite en acier inoxydable A2, garantissant une protection optimale contre les phénomènes de corrosion et de rouille. Ne subissant aucun traitement thermique, elle s’introduit sans préperçage, y compris dans des bois durs et permet un vissage sûr et rapide. Elle est conçue dans un acier qui garantit une résistance minimum de 70 kg/mm2 et évite la rupture de la vis comme la déformation de l’empreinte. Elle est dotée d’un filet profond, lisse et coupant et d’une pointe à ogive. La lubrification Lubex de Mustad réduit l’effort de vissage de 40%.

 

Norail 
Tirefond Starblock

Disponible dans les dimensions allant de 6 x 40 à 10 x 300 mm, le tirefond Starblock possède une tête hexagonale à empreinte Torx® renforcée par un cône et dotée d’une collerette évitant le recours à une rondelle pour un effort de compression optimisé dans l’assemblage. Sur la tige, le filet présente un pas spécifique qui facilite la pénétration sans pré-perçage et offre une bonne résistance à l’arrachement, et un moletage qui vient éviter l’échauffement et améliorer la précision de vissage. Sa pointe entaillée favorise l’amorce de vissage et l’effet anti-fendage en venant couper la fibre du bois tandis que le risque d’éclatement du bois en fin de vissage est limité par un diamètre identique en parties inférieure et supérieure de la tige.